Papillomavirus humains (HPV)

Que sont les papillomavirus humains ?

Les papillomavirus humains (HPV) sont des virus répandus, qui infectent la peau ou les muqueuses. Il en existe de nombreux types, lesquels peuvent provoquer différentes maladies. Les types HPV-16 et HPV-18 sont le plus souvent à l’origine de cancers, alors que les types HPV-6 et HPV-11 provoquent généralement des verrues génitales.

Comment les HPV se transmettent-ils ?

Les HPV sont notamment transmis lors de rapports sexuels vaginaux, oraux ou anaux. Ils peuvent l‘être aussi de la mère à l‘enfant à la naissance.

Quels sont les symptômeset les conséquences des HPV ?

Dans deux tiers des cas, les personnes ne ressentent aucun symptôme.

Les types de HPV à bas risque, quand ils se manifestent, provoquent des altérations cutanées sous forme de verrues. Celles-ci apparaissent notamment à l‘intérieur du vagin ou de l‘anus et ne sont souvent détectables que par un examen médical ciblé. Elles peuvent cependant aussi apparaître comme des néoplasme en forme de chou-fleur dans la régi- on génitale et anale.

Les types de HPV à haut risque peuvent provoquer différents cancers, notamment le cancer du col de l‘utérus, de l’anus ou de la gorge.


Comment les HPV sont-ils dépistés ?

Le dépistage des HPV s‘effectue au moyen d‘un frottis des lésions cutanées.
Le frottis du col de l‘utérus (également appelé test de Papanicolaou ou frottis cervical) est établi en Suisse depuis les années 70. C‘est la méthode la plus largement utilisée pour une détection précoce du cancer du col de l‘utérus. Sauf résultat anormal, il est recommandé (et remboursé par les caisses maladies) tous les trois ans.

Comment les HPV sont-ils traités ?

Les lésions liées à une infection aux HPV sont traitées chirurgicalement ou par des médicaments appliqués localement, souvent sur une longue période.

Comment éviter une infection ?

Il existe deux vaccins différents contre les HPV. L‘un protège contre les types de HPV-16 et HPV-18, qui provoquent la plupart des lésions précancéreuses ; l‘autre protège en plus contre les types 6 et 11, qui sont la principale cause des verrues génitales. Le test de Papanicolaou doit encore être effectué, même après une vaccination contre les HPV, car celle-ci ne protège pas contre tous les types de HPV cancérigènes.

Source : Office fédéral de la santé publique (OFSP ), Fiche d'information Papillomavirus humains (HPV), lovelife.ch

Vacciner oui ou non?

Il existe deux vaccins. Une vaccination avant le début de l'activité sexuelle et ainsi avant une infections par les virus concernés est la plus judicieuse. L'OFSP et CFV recommandent donc la vaccination contre les HPV à tous les adolescents âgés de 11 à 14 ans. Puisque les maladies associées aux HPV se produisent plus fréquemment chez les femmes que chez les hommes, la vaccination est recommandée pour les filles ent tant que vaccination de base et pour les garçons en tant que vaccination complémentaire. La vaccination peut aussi être utile pour les personnes âgées de 15 à 26 ans, et elle est donc recommandée pour ces âges comme voccination de rattrapage respectivement vaccination complémentaire. Le mieux est de se faire conseiller par un médecin. 

Office fédéral de la santé publique OFSP