Sexe vaginal, anal et oral

Les rapports vaginaux ou anaux non protégés comportent un grand risque de contracter le VIH ou une autre maladie sexuellement transmissible. Même une brève pénétration ou une pénétration sans éjaculation s’avèrent risquées.

Sexe vaginal

Une transmission est-elle possible même si l’homme ne fait que pénétrer très brièvement?

Oui. La pénétration même briève du pénis non protégé dans le vagin peut aboutir à la contraction de maladies sexuellement transmissibles (IST) ou du VIH.

Les rapports vaginaux peuvent-ils être dangereux même sans éjaculation?

Oui. Les rapports vaginaux non protégés présentent un risque même s’il n’y a pas eu d’éjaculation.

Une infection dans le cadre d’une relation fixe est-elle possible?

Oui. Que l’on soit marié/e ou non, il peut y avoir des écarts de conduite dans une relation fixe. En cas d’aventure d’un soir ou de liaison, il faut toujours se protéger et protéger son partenaire en utilisant un préservatif.

Mes doigts n’ont pénétré que brièvement dans le vagin. Dois-je avoir peur?

Non. Il n’y a pas de risque de s’infecter par le VIH. Cependant, si l’on porte ses doigts à la bouche après avoir été en contact avec le vagin, d’autres infection sexuellement transmissibles (IST) peuvent être contractées.

Le coït interrompu permet-il de se protéger contre une maladie sexuellement transmissible?

Non. Le coït interrompu ne constitue pas une protection suffisante contre le VIH ou d’autres maladies sexuellement transmissibles ni, d’ailleurs, contre une grossesse non désirée.

Puis-je utiliser le même préservatif pour un rapport vaginal et anal?

Non. Il faut toujours utiliser un nouveau préservatif pour chaque orifice (anus, vagin). Unique moyen de se protéger contre le VIH, les maladies sexuellement transmissibles ou l’hépatite C.

Puis-je aussi m’infecter si j’introduis dans mon vagin un godemiché ou des boules de geisha?

Non. Mais il faut se tenir aux règles d’hygiène: laver soigneusement le godemiché avec de l’eau et du savon ou de l’alcool avant de le passer plus loin.

Sexe anal

Le sexe anal non protégé comporte le plus grand risque de s’infecter par le VIH, même lorsqu’il n’y a pas d’éjaculation. Respecter les règles de safer sex: rapport anal uniquement avec préservatif. Après la rupture d’un préservatif ou un autre incident, immédiatement consulter un service de conseil.

Pourquoi le sexe anal non protégé est-il si dangereux du point de vue de la transmission du VIH, même lorsqu’il n’y a pas d’éjaculation?

La muqueuse anale est si fine qu’on la blesse pratiquement toujours lors d’un rapport anal. De plus, il y a aussi un risque de contracter l’hépatite B, l’herpès, la syphilis et d’autres infections.

Nous aimerions avoir des relations anales. Comment nous protéger au mieux?

Les préservatifs lors de sexe anal protègent d’une infection par le VIH et réduisent le risque de contracter une autre maladie sexuellement transmissible. Utiliser un nouveau préservatif pour chaque nouveau partenaire et chaque nouveau contact. Toujours utiliser en plus un lubrifiant non gras.

Faut-il utiliser des préservatifs spéciaux pour le sexe anal?

Non. L’Aide Suisse contre le Sida déconseille toutefois l’utilisation de préservatifs ultrafins, perlés ou texturés. En outre, il est important de toujours utiliser un lubrifiant non gras. Ne jamais mettre deux préservatifs l’un sur l’autre, la protection n’en est guère améliorée, au contraire, ils risquent de se déchirer à cause du frottement.

Puis-je m’infecter en pratiquant l’anulingus (excitation buccale de l’anus)?

Pas par le VIH. Mais d’autres maladies sexuellement transmissibles peuvent être contractées par la personne qui lèche l’anus ou la région anale.

Les jeux de doigts dans l’anus sont-ils dangereux?

Non. Il n’y a pas de risque de s’infecter par le VIH. Néanmoins, il existe le risque de contracter une autre maladie sexuellement transmissible telle l’herpès, l’hépatite A ou la gonorrhée en portant ses doigts à la bouche après un contact avec l’anus.

J’ai eu des relations anales avec un prostitué. Dois-je faire un dépistage?

Les prostitués (hommes) ont des relations avec un très grand nombre d’hommes. Le risque de contracter une maladie sexuellement transmissible est proportionnellement élevé.
En cas de sexe anal non protégé ou de rupture du préservatif, il faut immédiatement demander conseil. Un traitement d’urgence, PEP, peut empêcher une infection par le VIH, mais seulement jusqu’à 48 heures après la situation à risque. La santé des prostitués n’est pas contrôlée par l’Etat, et si un prostitué propose des rapports non protégés ou qu’il les accepte, cela signifie qu’il adopte ce comportement avec les autres hommes également. D’où la nécessité d’utiliser impérativement des préservatifs pour chaque contact sexuel.

Sexe oral

Le sexe oral (fellation, cunnilingus, anulingus) ne présente pratiquement aucun risque de VIH car la muqueuse buccale est très stable. Même si du sperme ou du sang des règles pénètre dans la bouche, le risque de transmission est extrêmement faible – on n’a décrit dans le monde entier qu’une poignée de cas ayant abouti à une infection par ce biais-là.

A quoi faut-il faire attention en matière de maladies sexuellement transmissibles lors de sexe oral?

Les maladies sexuellement transmissibles se contractent plus facilement que le VIH. Lors de sexe oral, utiliser des préservatifs ou des digues dentaires pour éviter chlamydia, gonorrhée, syphilis, etc. En cas de rapports bucco-génitaux avec des prostitués (femmes ou hommes), toujours utiliser des préservatifs ou des digues dentaires. Les digues dentaires de latex extrafin peuvent être utilisées pour le sexe oral.


Le test du safer sex sur lovelife.ch vous donne des recommandations individualisées concernant votre sexualité.