Campagne LOVE LIFE : Si vous devez garder le lit après un rapport sexuel non protégé...

Berne, 26. octobre 2015

...vous devriez demander à votre médecin s'il serait pertinent de faire un test de dépistage du VIH. En effet, des symptômes semblables à ceux de la grippe apparaissent souvent au cours des premières semaines suivant l'infection au VIH. Les personnes contaminées sont beaucoup plus contagieuses pendant cette phase, qu'on appelle la primo-infection, que par la suite. Par ailleurs, un traitement immédiat peut avoir un impact positif sur l'évolution de la maladie. L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) sensibilise à la primo-infection au VIH avec un nouveau spot télévisé, des affiches et des contenus sur Internet.

Après avoir été infectées par le VIH, la plupart des personnes présentent des symptômes semblables à ceux de la grippe : fièvre, sensation d'épuisement, sueurs nocturnes, ganglions enflés, troubles intestinaux, maux de gorge ou éruption cutanée. Pourtant, trop souvent, les symptômes sont mal interprétés, leur lien avec des rapports sexuels non protégés n'est pas établi et l'infection au VIH n'est pas détectée. Les conséquences peuvent être lourdes. En effet, les personnes qui viennent d'être contaminées sont bien plus contagieuses au cours des premières semaines, pendant lesquelles la charge virale est beaucoup plus importante dans l'organisme, que par la suite. En Suisse, les personnes en phase de primo-infection au VIH sont à l'origine d'environ la moitié des nouvelles contaminations. Durant cette période, le partenaire régulier est particulièrement exposé. En effet, plus de la moitié des femmes chez qui le VIH a été diagnostiqué et qui ont indiqué l'origine de leur contamination déclarent que le virus leur a été transmis par leur partenaire fixe. Un cinquième des hommes hétérosexuels et un quart des hommes ayant des rapports sexuels avec d'autres hommes sont dans la même situation.
Ainsi, plus une primo-infection est détectée rapidement, plus les chances d'empêcher de nouvelles contaminations sont grandes. Lors de la consultation, le patient doit donc absolument signaler au médecin que ses symptômes sont peut-être liés à des rapports non protégés. Il pourra alors se soumettre à un test de dépistage du VIH, qui permet de détecter l'infection avant que les anticorps spécifiques ne soient présents dans le sang.

La personne qui vient d'être contaminée a, elle aussi, tout intérêt à ce que son infection soit détectée rapidement. En effet, un traitement antirétroviral immédiat peut contribuer à limiter les dégâts de l'infection dans l'organisme et à préserver à long terme des fonctions immunitaires importantes.

Afin de sensibiliser la population à la primo-infection, l'OFSP lance une vague de la campagne LOVE LIFE axée spécialement sur cette thématique. Les supports de la campagne actuelle illustrent le lien
qui existe entre les rapports sexuels non protégés et les symptômes semblables à ceux de la grippe. Jetez donc un coup d'oeil sous la couette.

Renseignements :
OFSP, service de presse, tél. 058 462 95 05 ou media@bag.admin.ch

Logo Bundesamt für Gesundheit
Logo der Aids-Hilfe Schweiz
Logo Sexuelle Gesundheit Schweiz