L’assurance de base doit-elle prendre en charge les traitements de la médecine complémentaire?

Forum Droit - Vous posez une question – nous vous répondons

Madame B.T.
J’ai consulté récemment un médecin qui m’a prescrit des remèdes anthroposophiques. Ceux-ci m’aident beaucoup à gérer les effets secondaires du traitement antirétroviral. J’ai lu sur Internet que les traitements et médicaments de la médecine complémentaire ne seront remboursés par l’assurance de base que jusqu’à fin 2017. Est-ce vrai? Et si oui, pourrais-je obtenir une prise en charge des coûts en contractant une assurance complémentaire?

Mistel

Réponsede Caroline Suter, Dr en droit

Les traitements et médicaments qui ne peuvent pas être ratta­ chés scientifiquement à la médecine académique sont regroupés sous l’appellation médecine complémentaire ou alternative. Les disciplines suivantes font partie du catalogue de prestations de l’assurance obligatoire de base depuis le 1er janvier 2012:

  • Médecine anthroposophique
    Elle s’inspire de la doctrine de Rudolf Steiner; elle englobe par exemple la préparation Iscador à base de gui comme complé­ ment au traitement du cancer.
  • Médecine traditionnelle chinoise (MTC)
    Elle s’appuie sur la médecine empirique traditionnelle chinoise. Les éléments thérapeutiques de la médecine chinoise sont avant tout la pharmacothérapie chinoise et l’acupuncture.
  • Homéopathie
    Elle se fonde sur le principe de similitude: il faut soigner les semblables par les semblables. Une substance qui peut provoquer une maladie est utilisée pour guérir cette même maladie.
  • Phytothérapie
    Elle fait partie des thérapies médicales les plus anciennes et se retrouve sur tous les continents et dans toutes les  cultures. La phytothérapie se fonde sur la science des plantes médicinales.

Les prestations sont remboursées si le traitement est réalisé par un médecin qui a une formation académique et qui est titulaire d’un certificat de formation complémentaire de la FMH dans le domaine en question et si le médicament figure sur la liste des spécialités. Celle­ci peut être consultée sur  www.listedesspecialites.ch .

Dans un premier temps, ces méthodes alternatives n’ont été admises dans l’assurance de base que jusqu’à fin 2017. Tou­ tefois, le Conseil fédéral a décidé au printemps 2016 d’inclure durablement les quatre disciplines de médecine complémentaire dans l’assurance de base à partir du 1er janvier 2018.

Il faut savoir que la plupart des traitements de médecine complémentaire en Suisse sont fournis par des thérapeutes qui ne sont pas médecins. Ils ne peuvent alors pas être imputés à l’assurance de base. Il existe des assurances complémentaires qui prennent en charge de tels traitements. Mais comme il s’agit d’assurances privées facultatives, les personnes avec des mala­ dies préexistantes ou d’un certain âge ne sont malheureusement pas admises.