Effets secondaires

Les effets secondaires d’une thérapie anti-VIH peuvent apparaître avant tout dans les premières semaines de traitement. Bien qu’en général ils disparaissent ensuite d’eux-mêmes, il est préférable de les signaler à son médecin traitant. Des interactions entre les préparations absorbées dans le cadre d’une thérapie anti-VIH et d’autres médicaments peuvent également se produire. Il est, de ce fait, important d’indiquer à son médecin toute prise d’autres médications.

Effets secondaires d’une thérapie anti-VIH

Comme tous les médicaments, les médicaments anti-VIH peuvent avoir des effets secondaires tels que: nausée, diarrhée ou troubles du sommeil. La plupart du temps, les effets secondaires apparaissent durant les premières semaines de traitement et s’atténuent relativement vite. Parfois, un médicament peut être remplacé par un autre mieux toléré, pour ce faire, il est utile de signaler les effets secondaires à son médecin.

Médecine alternative

Si la médecine alternative ne peut pas empêcher la multiplication du VIH, elle parvient parfois à améliorer la qualité de vie et à réduire les effets secondaires d’une thérapie anti-VIH. Prudence toutefois avec certaines plantes médicinales tel le millepertuis qui provoque des interactions avec les médicaments anti-VIH. Il faut absolument consulter son médecin traitant avant de prendre des préparations provenant de la médecine alternative.

Interactions

Les interactions entre les médicaments d’un traitement anti-VIH et d’autres médicaments, des drogues ou des extraits de plantes entre autres sont relativement fréquentes. On peut alors observer une réduction de l’efficacité des médicaments anti-VIH ainsi que des autres principes actifs concernés, voire constater des effets indésirables. Pour cette raison, il est conseillé d’informer son médecin de toute prise de substances médicamenteuses, d’extraits de plantes et de drogues illégales également.