Protection des données / Droits des patients

L’information concernant l’infection à VIH fait partie des données dites sensibles. Il n’y a pas d’obligation d’informer, même vis-à-vis du corps médical. Toutefois, l’information peut s’avérer sensée dans certaines situations.

Chez le dentiste, dois-je répondre la vérité à la question relative à ma séropositivité figurant sur le questionnaire de santé ?

Non, car dans la mesure où le dentiste respecte les règles d’hygiène usuelles, il ne court aucun risque d’être infecté et il n’y a donc pas d’obligation de l’informer.

Attention : si un traitement nécessite une anesthésie ou des médicaments, il est dans votre intérêt de dresser à votre dentiste un tableau complet de votre état de santé et, le cas échéant, des médicaments que vous prenez.

Si je me fais opérer, dois-je révéler au médecin que je suis séropositif ?

Il n’y a aucune obligation d’informer le médecin de votre séropositivité. Car dans la mesure où celui-ci respecte les règles d’hygiène, il n’y a quasiment aucun risque de transmission. Les anesthésistes pratiquent systématiquement un examen préalable de l’état de santé général du patient avant toute opération. Lors de cette mise au point, ils s’enquièrent notamment de la prise éventuelle de médicaments. Cette vérification de l’état de santé du patient est destinée à réduire à son minimum le risque lié à l’anesthésie. Il est donc recommandé de donner des réponses conformes à la vérité, car taire des informations ou les déformer peut avoir de graves conséquences pour sa propre santé.