Syphilis (Lues)

Qu‘est-ce que la syphilis ?

La syphilis est provoquée par la bactérie Treponema pallidum et peut devenir chronique.

Comment la syphilis se transmet-elle ?

La syphilis peut se transmettre lors d’un rapport sexuel vaginal, oral ou anal avec une personne infectée et contagieuse.

Quels sont les symptômes et les conséquences de la syphilis ?

En l’absence de traitement, la syphilis évolue en phases successives.

Les premiers signes et symptômes peuvent apparaître entre une semaine et trois mois après la contamination, par exemple, des taches rouges, des petits renflements ou des lésions au niveau des points d’entrée de la bactérie. Lorsque les taches sont localisées au niveau de l’anus, du vagin ou du pharynx, elles passent souvent inaperçues, car elles sont généralement indolores. Les symptômes disparaissent au bout de quatre à six semaines, même sans traitement. Mais la maladie et sa contagiosité persistent.

La deuxième phase se situe plus ou moins dans le prolon- gement de la première et se caractérise par une éruption cutanée différente, le plus souvent sans démangeaisons. Elle est souvent localisée au niveau de la paume des mains et de la plante des pieds. Des symptômes analogues à ceux de la grippe, un gonflement des ganglions lymphatiques, une chute des cheveux et d’autres symptômes encore peuvent apparaître. Ces symptômes disparaissent également sans le moindre traitement.

Pendant la phase suivante, qui peut durer plusieurs mois, voire plusieurs années, la maladie continue à évoluer sans le moindre symptôme. Durant la première année de cette phase, les personnes peuvent encore présenter par moments des lésions de la peau et des muqueuses et sont donc encore potentiellement contagieuses.
A long terme, la syphilis peut engendrer des lésions graves au cœur, au cerveau, aux os, à la peau et à d’autres organes.Durant toutes les phases, le système nerveux peut subir des lésions. Dans ce cas, on parle de neurosyphilis.

Comment la syphilis est-elle dépistée ?

La syphilis peut être détectée par un frottis ou par un test sanguin.

Comment la syphilis est-elle traitée ?

La syphilis est traitée avec des antibiotiques. Si elle est dé- tectée à temps, l‘infection peut être soignée.

Les partenaires sexuels doivent-ils également suivre un traitement ?

Il convient de déterminer avec le médecin qui pourrait être à l‘origine de l‘infection et à qui elle pourrait déjà avoir été transmise. Ces partenaires sexuels doivent être informés du diagnostic, afin qu‘ils puissent eux-mêmes se faire examiner et traiter, si nécessaire.
Dans le cadre d’une relation sexuelle régulière, les deux partenaires doivent suivre le traitement simultanément et respecter les règles du safer sex. Cela vaut jusqu’à ce que tous deux soient guéris, pour éviter qu’ils se contaminent sans cesse l’un l’autre. A noter que, en raison du temps d’incubation pouvant durer jusqu’à trois mois, le test en laboratoire peut s’avérer négatif durant toute cette période, même si la contamination a bien eu lieu. Dans cette hypothèse, il est important que le traitement des partenaires soit envisagé dans tous les cas.

En l’absence de traitement, la syphilis peut, à long terme, engendrer de graves problèmes de santé.

Le site Internet  www.lovelife.ch  propose des astuces pour engager la discussion avec son partenaire, ainsi que d’autres conseils de soutien.

Comment éviter une (nouvelle) infection ?

Les partenaires sexuels doivent également suivre le traitement simultanément, pour éviter de se contaminer sans cesse l’un l’autre (effet « ping-pong »).

Les préservatifs et le respect systématique des deux premières règles du safer sex réduisent le risque d‘infection :

  1. Pénétration – toujours avec une capote.

  2. Pas de sperme, ni de sang dans la bouche.

    Mais comme une infection reste possible malgré tout, il est important d‘observer aussi la troisième règle :

  3. Démangeaison, brûlure, écoulement ? Parlez-en à votre médecin.

Toute personne ayant au moins cinq partenaires par an devrait se faire dépister annuellement pour les infections sexuellement transmissibles.

Source : Office fédéral de la santé publique (OFSP ), Fiche d'information Gonorrhée, lovelife.ch