Gonorrhée (chaude-pisse)

Qu‘est-ce que la gonorrhée ?

La gonorrhée (ou blennorragie), appelée familièrement  « chaude-pisse » ou « chtouille » , est une des infections sexuellement transmissibles les plus répandues au monde. Elle est provoquée par des bactéries (Neisseria gonorrhoeae, également appelées gonocoques).

Comment la gonorrhée se transmet-elle ?

Elle peut être transmise lors d’un rapport sexuel oral, vaginal ou anal.

Quels sont les symptômes et les conséquences de la gonorrhée ?

  • écoulement vaginal, pénien ou anal à l’odeur inhabituelle et parfois purulent ;
  • douleurs au niveau du vagin ou du gland ;
  • douleurs en urinant ;
  • douleurs lors des rapports sexuels ;
  • démangeaisons et irritation dans la région anale ;
  • maux de gorge, rougeur et irritation dans la cavité buc co-pharyngée ;
  • saignements occasionnels en dehors des règles.

Souvent, les symptômes sont moindres, voire inexistants chez les femmes, alors que les hommes ressentent généralement des symptômes plus marqués.

Non traitée, la maladie peut s‘étendre à la prostate et à l‘épididyme chez l‘homme. Chez les deux sexes, elle peut conduire à la stérilité et, plus rarement, entraîner des complications (inflammations des articulations, de la peau, du cœur ou de la conjonctive).

Comment la gonorrhée est-elle dépistée ?

La gonorrhée peut être détectée par un frottis de la muqueuse, par un test urinaire ou par un test sanguin.

Comment la gonorrhée est-elle traitée ?

L‘infection peut généralement être soignée avec des antibiotiques. Si les symptômes persistent malgré le traitement, cela peut être le signe que le corps a développé une résistance. Il convient de consulter un médecin, pour clarifier la situation.

Les partenaires sexuels doivent-ils également suivre un traitement ?

Il convient de déterminer avec le médecin qui pourrait être à l‘origine de l‘infection et à qui elle pourrait déjà avoir été transmise. Ces partenaires sexuels doivent être informés du diagnostic, afin qu‘ils puissent eux-mêmes se faire examiner et traiter, si nécessaire.

Dans le cadre d’une relation sexuelle régulière, les deux partenaires doivent suivre le traitement simultanément et res- pecter les règles du safer sex. Cela vaut jusqu’à ce que tous deux soient guéris, pour éviter qu’ils se contaminent sans cesse l’un l’autre.

En l’absence de traitement, la gonorrhée peut, à long terme, engendrer des problèmes de santé.

Le site Internet  www.lovelife.ch  propose des astuces pour engager la discussion avec son partenaire, ainsi que d’autres conseils de soutien.

Comment éviter une (nouvelle) infection ?

Les partenaires sexuels doivent aussi suivre le traitement simultanément, pour éviter de se contaminer sans cesse l’un l’autre (effet « ping-pong »).

Les préservatifs et le respect systématique des deux premières règles du safer sex réduisent le risque d‘infection :

  1. Pénétration – toujours avec une capote.

  2. Pas de sperme, ni de sang dans la bouche.

    Mais comme une infection reste possible malgré tout, il est important d‘observer aussi la troisième règle :

  3. Démangeaison, brûlure, écoulement ? Parlez-en à votre médecin.

Toute personne ayant au moins cinq partenaires sexuels par an devrait se faire dépister annuellement pour les infections sexuellement transmissibles.

Source : Office fédéral de la santé publique (OFSP ), Fiche d'information Gonorrhée, lovelife.ch