Lobbying

L’Aide Suisse contre le Sida exerce une intense activité de lobbying en faveur des différents groupes d’intérêts.

Personnes séropositives

Les personnes séropositives sont aujourd’hui encore discriminées en Suisse: pénalisations dans la vie professionnelle, refus d’assurances privées, criminalisation de la transmission du VIH, violation de la protection des données. L’Aide Suisse contre le Sida dirige des groupes de pression politiques et s’engage aux côtés d’assurances et d’employeurs pour un meilleur statut des personnes séropositives au sein de la société.

Migrantes et migrants

Quelque 70 000 personnes originaires d’Afrique subsaharienne vivent en Suisse avec différents permis de séjour. L’Aide Suisse contre le Sida s’engage afin que les migrantes et migrants subsahariens aient accès aux informations médicales, juridiques et sociales. Elle soutient les objectifs de prévention de l’OFSP et s’efforce de mettre fin à la discrimination et à la stigmatisation au sein de ce groupe cible.

Hommes ayant des rapports avec des hommes

Qu’ils soient homosexuels ou bisexuels, les hommes sont aujourd’hui encore confronter à des désavantages sur les plans professionnel et social. L’ASS soutient les organisations gay, défend leurs droits juridiques et encourage le coming out des jeunes homosexuels. Elle dirige un groupe de pression pour un droit anti-discrimination et poursuit les objectifs de la communauté LGBT.

Travailleurs du sexe

On appelle un homme qui a des rapports sexuels tarifés avec un autre homme escort, call-boy, ou prostitué. Tous les travailleurs du sexe n’ont pas une identité homosexuelle, certains sont hétérosexuels ou bisexuels, et d’autres transsexuels. En raison de leurs situations privée et professionnelle bien souvent précaires, ils sont particulièrement exposés à la discrimination. Mais aussi au VIH et aux autres infections sexuellement transmissibles. L’ASS s’engage pour que les travailleurs du sexe aient accès au matériel d’information, ainsi qu’au dépistage et aux thérapies.

Travailleuses du sexe

En Suisse, quasiment un homme sur cinq recourt au moins une fois par an aux services d’une travailleuse du sexe. Entre 80 et 90% des travailleuses du sexe en Suisse sont des migrantes. Leurs situations privée et professionnelle étant bien souvent précaires, elles sont particulièrement exposées au VIH et aux autres infections sexuellement transmissibles. L’ASS s’engage afin que les travailleuses du sexe soient informées de manière ciblée et aient accès au matériel de prévention, ainsi qu’au dépistage et aux thérapies.

Assurance-vie

L’Aide Suisse contre le Sida s’engage afin que les personnes séropositives puissent conclure une assurance-vie. Elle a déjà obtenu quelques succès partiels puisque certains assureurs permettent de conclure une assurance-vie lorsque, de leur point de vue, l’état de santé de la personne est favorable (moment de l’infection, taux de CD4, charge virale, pas de co-infection à l’hépatite C, etc.).

Sanction pénale de la transmission du VIH

L’ASS s’engage depuis de longues années déjà contre la criminalisation des personnes séropositives. Grâce au travail acharné d’un groupe de pression de l’ASS, après l’entrée en vigueur de la révision de la loi sur les épidémies, les personnes séropositives n’auront plus à craindre une sanction pénale en cas de rapports sexuels non protégés mutuellement consentis avec leurs partenaires.

Centre de dénonciation des cas de discrimination

L’Aide Suisse contre le Sida est le centre national de dénonciation des cas de discrimination liés au VIH. Deux fois par an, elle transmet les dénonciations à la Commission fédérale pour la santé sexuelle et propose des interventions en conséquence.